Le 1er brassin de Jenny

Jeudi 4 mars 2010, par jenny // Reportages sur des brassins

Bonjour à tous, je me présente : Jenny et je ne suis pas encore brasseuse, mais je m’y intéresse.
Encouragée à poster quelques mots sur mon premier brassin. De plus à grosse responsabilité en vu du mariage de Marie-Laure !
Pourquoi vouloir brasser une bière ? Moi qui d’ordinaire ne boit pas de bière… et bien j’y ai pris goût en goutant de temps à autre une bière que Brasseµr Fab a brassée. Etant de nature très curieuse, et voulant savoir comment on fabrique une bière, je me suis lancée, avec l’aide de « mon Maitre Brasseur ».

Préparation de la recette avec divers malts. Pour cette recette il y a quatre types de malts :

  • Pilsner
  • Pale ale
  • Malt de blé
  • Malt de Munich clair

Concassage du malt. Heureusement que Brasseµr Fab connait de bons amis brasseurs, Patoch qui lui a donné le moteur et Daniel qui lui a fabriqué le support. Un grand merci à eux, sinon pour ma poire c’était la manivelle... ouf j’ai déjà échappé à une sale corvée d’après Brasseµr Fab.

Le remplissage de la cuve d’empâtage avec 34 litres d’eau à 50°.

Empâtage du malt là encore une fois heureusement qu’il y a le mélangeur, car là aussi d’après Brasseµr Fab j’ai échappé à une sale corvée :-) merci Brasseµr Fab ouuuuuuuuuf ! Moi je découvre pour la première fois ces choses là, mais je ne vous dis pas les odeurs que cela dégagent : cela sent vraiment très bon, on se croirait dans une fabrique de barre Ovomaltine, d’ailleurs il y a du malt dedans.

Je remue la maiche car il y a quelque gros pavés de malt qui ne se sont pas bien mélangés .J’effectue mes 5 paliers :

  • 45°C pendant 10min
  • 50°C pendant 10min
  • 62°C pendant 40min
  • 70°C pendant 30min
  • 78°C pendant 10min Tout s’est bien passé, il faut vraiment surveiller la température, réduire ou augmenter le gaz c’est une grande attention qu’il faut avoir.

Après deux heures j’arrive à une nouvelle étape, : la filtration. Jusque là, je n’ai pas eu trop de problème, d’après Brasseµr Fab je me suis bien débrouillée, il m’a expliqué en detail chaque palier et leur importance, bon a vrai dire il m’a bien expliqué mais là j’avoue avoir un peu décroché (les termes employés sont pas très evident, je n’ai jamais trop aimé la chimie :-) )
D’ailleurs j’avoue faire un peu pin-up sur la derniére photo :-(

Ouverture du robinet de lavage des drêches, après avoir effectué deux trois re-circulations avec le broc pour diminuer les résidus de farine. J’ai commencé à remplir la cuve d’ébullition, j’y effectué cette opération jusqu’à l’obtention de 50 litres.

Après 20 litres, Brasseµr Fab m’a dit d’allumer le brûleur pour commencer la chauffe de l’ébullition. Cete opération a quand même duré une bonne heure.

Après évacuation du mou, j’ai pû apercevoir le gateau, chose que je ne connaissais pas avant.
Fabrice m’a dit qu’on pouvait en prendre pour en faire du pain... surprenant.

Une fois l’ébullition atteind (100°C), j’ai rajouté le houblon Amérisant en pellets que j’ai mélangé.

L’ébullition durant 1h30, je commencais à trouver le temps long, quand Brasseµr Fab me dit qu’il faut écumer les résidus (Fabrice pense que ce sont des protéines, moi je demande confirmations aux autres brasseurs. C’est pas que je ne lui fais pas confiance, mais il est resté assez vaste sur sa réponse :-) )

15 minutes avant la fin de l’ébullition, j’ai rajouté le houblon aromatique (aussi en, pellets), ainsi que le sucre candy blanc.
J’ai à nouveau touillé.

Brasseµr Fab a mis une chose bizarre, qui ressemblait à de l’herbe... ???
Il est resté secret sur ce coup là :-)
Qui veut m’éclairer ?

Ensuite il m’a dit de faire un tourbillion (le whirlpool), puis laisser reposer 10 minutes pour enfin passer par le refroidisseur pour mettre dans la cuve de fermentation, auquel Brasseµr Fab a rajouté la levure.

Pendant tout le long du brassin, j’ai aimé les odeurs, surtout l’introduction du houblon, assez fort.
Fabrice m’a aussi fait gouter le mou, après filtration j’ai trouvé ça très sucré, très bon.
Et puis pour finir, il m’a fait gouter le résultat à froid, j’ai trouvé ça très amer, mais pas vilain...

C’était une très belle expérience que je vais surement renouveler, si Brasseµr Fab me veut toujours à ses côtés ;-)
car j’ai passé une bonne journée.

Vivement le résultat final que je puisse gouter ma première bière maison, en espérant que les futurs mariés, que je ne connais pas, apprécieront, tout en priant que cette bière soit buvable.
Petite pensée pour Daniel, car sinon il va m’en vouloir toute la soirée du mariage.

Jenny