Construction d’une "micro-laveuse de bouteilles"

Vendredi 9 avril 2010, par Xavier // Les pico brasseries

Le brassage de la bière à la maison est une occupation "chronophage" (qui prend du temps, comme on dit dans les milieux autorisés !), c’est pourquoi le brasseur amateur a à cœur de trouver des solutions efficaces pour réduire le temps passé à des travaux ennuyeux mais nécessaires à la poursuite de sa passion.

L’embouteillage de notre boisson préférée est une étape longue et fastidieuse. Effectuée de façon manuelle, la mise en bouteilles de 40 litres de bière prends environ 3 heures. 4 étapes sont nécessaires :

  • Transvasement du fut de fermentation secondaire en abandonnant la lie
  • Sucrage du mout pour la fermentation en bouteille car, à cette étape, la bière n’est pas encore pétillante, d’où une adjonction d’environ 5 grammes de sucre par litre destinée à relancer la fermentation en bouteille ou fut.
  • Lavage et désinfection des bouteilles.
  • Mise en bouteille (ou fut, c’est plus rapide, mais ce n’est pas l’objet de l’article)
  • Capsulage.
  • Fermentation en bouteille

Afin de garantir un produit d’une qualité irréprochable, les bouteilles sont donc lavées et désinfectées. Cette phase est relativement longue. Habituellement, je remplis un évier d’eau chaude et j’ajoute du Chemipro, un désinfectant (on assume que les bouteilles sont lavées à chaque dégustation). La bouteille doit donc se remplir, on doit la laisser tremper et ensuite la vider.
J’ai donc pris un casier à bouteille retourné, dans lequel, un réseau de tuyaux en cuivre a été inséré. Ce réseau comporte des buses (de simples morceaux de tuyau en cuivre pincé au bout). Le casier sert de support pour les bouteilles retournée. L’ensemble est posé au fond d’une caisse en PVC (du style de celles qu’on trouve chez les distributeurs de matériel de bricolage). Une évacuation est percée au fond de la caisse et reliée à une pompe, elle-même, reliée à l’entrée du réseau de buses.

Le projet semble efficace, peu cher et facile à mettre en œuvre, mais il reste quelques améliorations à apporter à ce prototype rudimentaire :

  • construction d’un châssis sous la caisse pour loger la pompe, peut-être une autre caisse en PVC renversée.
  • changer la pompe pour un modèle plus puissant (La pompe de piscine n’est pas recommandée :-), j’ai du scotcher quelques buses pour obtenir une pression suffisante)
  • bannir toute idée de fuite...
  • adapter une minuterie sur l’alimentation électrique pour créer un semblant de cycle de lavage.

Mise à jour du 12 octobre 2010 : la construction continue, j’ai ajouté une pompe achetée pas cher dans une grande surface de bricolage (44 euros). La caisse contenant l’ensemble est fixée sur un châssis retourné (en fait, une autre caisse vide) et le moteur est placé en dessous. L’idée est bonne puisque les essais font ressortir un gain de temps de 60% à l’embouteillage d’un brassin. Le lavage des bouteilles n’est plus une corvée, il en devient même amusant.

Cout global approximatif :

  • une pompe de surface : 44 €
  • 2 caisses vides noires en promo : 6 €
  • tuyaux en cuivre 8 mm et coudes : environ 12 €
  • un support à roulette : récup’
  • 2 raccords rapides : récup’

Donc un total d’environ 62 € pour une laveuse de bouteilles (par 10)...